~ Mon amour pour les savons ~

img_8759

Ma petite collection du moment, mes préférés sont les 3 en boîtes derrière (Naturel O Galop, et La Savonnerie de Paris

Je vais essayer de ne pas être trop bavarde dans cet article car je vais vous perdre mais à chaque fois que je parle de quelque chose que j’aime (ou pas d’ailleurs ^^), je parle beaucoup. Et aujourd’hui, je vais vous parler de mon amour pour les savons, une histoire qui dure depuis toujours…

Si vous me suivez depuis longtemps, vous savez que ma peau est très réactive aux gels douche de commerce et aux gels douche en général d’ailleurs. Il a bien fallu trouver une solution et c’est là que l’histoire a commencé, j’ai acheté mon 1er savon au lait d’ânesse pendant mes vacances dans ma famille à l’Ile de Ré et depuis c’est l’amour fou! C’est  le seul format que ma peau tolère et qui la rend toute douce.

Avec les années, mon amour a grandi et j’ai commencé à craquer de plus en plus, pour le petit à la vanille, au lait d’amande, à la coco… Mais j’ai tout de même des critères de sélection; ils doivent être saponifiés à froid (très important pour que le produit est gardé sa teneur), qu’il soit non testé sur les animaux alias « cruelty free » (je fais ma Brigitte Bardot pour le coup mais c’est important pour moi). Et j’aime bien savoir de quelle manière ils sont fabriqués.

img_8763

Le savon existe depuis des années et il a longtemps été oublié mais je trouve qu’il revient de plus en plus sur le devant de la scène et cela ne me déplaît pas car d’une c’est pratique, on le glisse dans une petite boite pour partir en voyage, on le pose sur un porte savon ou une lufa* (cf photo) et c’est bon, il n’y a pas de gros emballages si ce n’est des boites. Qui au passage sont souvent très jolies et que je garde pratiquement toutes (non je ne suis pas folle ^^), ça décore ma salle de bain et c’est un peu par nostalgie aussi, de l’avoir terminé. Même si j’en jette quelques unes, ça prend toujours moins de place qu’un grosse bouteille en plastique. Niveau rapport qualité prix c’est indéniable, un savon est égal à 2 bouteilles de gel douche de commerce, faites le calcul, vous avez 2 heures 😉 et pour le prix, il faut compter 5€ minimum pour un « premier prix » et après, perso, je peux aller jusque 8- 10€ selon le produit mais en considérant le temps d’utilisation, et le geste pour la planète, c’est gagnant- gagnant. Le petit plus, c’est qu’on peut en avoir de tous les parfums, c’est joli, ça embaume la salle de bain. Et il y en a pour tous les types de peau bien souvent. Maman Aux folies de la vie, qui apparaît sur le blog parfois, et qui vous le savez a la peau très très sèche, n’utilises que des savons et sa peau la remercie.

J’ai même converti l’amoureux, c’est pour vous dire 😉

Vous allez me dire, mais pourquoi toi qui es si addict, tu ne les faits pas toute seule? Tout simplement par manque de temps, de connaissance et parce que comme je le disais plus haut, il y a de plus en plus de savonniers que ce soit sur le net ou en physique (comme la super savonnerie qui a ouvert à deux pas de chez moi pour mon plus grand bonheur et pour qui j’ai consacré un article). Chacun son domaine. Et puis, ça me permets de découvrir des marques, des personnes, des odeurs, des compositions et de pouvoir craquer un peu partout, que ce soit en Bretagne ou ailleurs. J’adore rentrer dans les savonneries, dès que j’en vois une, je craque, je rentre et … j’achète. C’est un de mes petits plaisirs, et ça me permets de changer, de tester, d’en avoir de toutes les couleurs, formes, odeurs… =) Mais je ne dis pas que je n’essayerais pas un jour et que je deviendrais addict.

En conclusion, les savons ont beaucoup d’avantages selon moi et l’histoire d’amour qu’il y a entres eux et moi n’est pas prête de s’arrêter, croyez moi.

Et vous, vous êtes plutôt savons ou gels douche? Quels sont vos coups de coeur?

Prenez soin de vous <3.


*Luffa: de la famille des cucurbitacées (oui, oui ^^), le luffa est une sorte de courge éponge qu’on peut tous faire pousser dans notre jardin, coupée en petites tranches (ou non), elle est utilisé en cosmétique soit pour faire des éponges exfoliantes ou pour poser les savons  et éviter qu’ils fondent à vue d’oeil en coulant au bord de la baignoire. 

Naturel O Galop: savons artisanaux (interview)!

Vous n’imaginerez pas mon étonnement et ma joie quand je me suis rendue compte qu’une savonnerie avait ouverte à deux pas de chez moi. Si vous me connaissez et vous me suivez depuis un petit moment, vous savez que moi et les savons c’est une grande histoire d’amour depuis 23 ans =) (ce sera sans doute le sujet d’un prochain article d’ailleurs)

Et si vous me suivez sur Instagram, vous savez que j’ai rencontré Julia Mestre, la savonnière dans le cadre d’un article que j’ai écrit pour le journal (pour lequel je travaille en plus du reste pour les personnes qui viennent d’arriver ^^ ).

Donc d’une pierre de coup, en plus de mon article pour le journal, j’ai aussi voulu vous présenter Julia et ses savons sur le blog car j’ai beaucoup aimé cette interview et j’ai passé un agréable moment à ses côtés.

14459076_10206872872531400_1577121938_n


Comment cette passion vous ai venue? 

Je suis tombée dans la marmite il y a 5 ans quand mon fils est né et que je me suis rendu compte que les produits du commerce qu’on utilisait étaient composés de produits avec des noms barbares, je me suis penchée sur la question et j’ai vite voulu trouver une autre façon de consommer et c’est comme cela que je suis tombée sur le blog d’une jeune femme qui faisait ses produits cosmétiques elle-même. Je me suis très vite documentée de revues scientifiques pour en apprendre plus sur les composants (tensio actifs, conservateurs…). Et j’ai commencé à formuler moi-même et j’ai adoré le fait de pouvoir avoir un produit personnalisé et adapté à une personne.

Comment a commencé cette aventure? 

Il y a 4 ans, j’ai commencé à fabriquer mes savons moi même et à en offrir autour de moi car le stock devenait énorme à la maison. Et les retours de mes amies étaient très positifs. Et c’est grâce à ma meilleure amie qui m’a poussée à me lancer, que l’aventure Naturel O Galop a commencé à travers un blog tout d’abord sur lequel je partage mon savoir et mes astuces. Car j’adore partager (je confirme, cela est un peu son credo car cette notion est beaucoup revenu dans mon interview).

Comment ce rêve s’est réalisé? 

Il y a 2 ans, l’idée d’ouvrir une savonnerie a germé et Brigitte Delamarre (une experte de chez UPSA, Pasteur), une amie, m’a aidée à faire les choses bien, à écrire les bonnes pratiques de fabrication, à respecter les normes, et il y en beaucoup.
Après 4 mois de travaux, avec l’installation du laboratoire pour y faire mes préparations artisanales, mon bureau pour y préparer les futures commandes via le site internet, et la partie vente, avec les produits. Sa boutique a vu le jour!

14459727_10206873126017737_234514696_n

Quels sont les caractéristiques de vos produits?

J’utilises la saponification à froid (label SAFE) pour un gage de qualité, conserver les essentiels du produit. Mes produits sont cruelty free, vegans (non testés sur les animaux), sans parabens et autres produits aux noms barbares. Les emballages des savons sont fabriqués par une petite entreprise de Pordic (Miz en Boite).

Pourquoi ce nom, Naturel O Galop?

Tout simplement pour l’expression « chasse le naturel, il revient au galop », car tout le monde devrait revenir à ces bases naturels pour prendre soin de soi et éviter de détruire notre belle planète. Et vous remarquerez si vous allez faire un tour sur son blog que cette expression est son crédo pour terminer ses articles.


Julia Mestre a été très bien entourée pour ce projet et cette femme qui ne cesse de vouloir partager est aussi administratrice de groupe Facebook pour les personnes qui veulent se lancer elles aussi dans cette aventure (cela pourrait intéressé certaines d’entres vous). Elle répond également au message privé sur les réseaux sociaux si besoin. Elle prévoit d’élargir ses produits à des shampooings solides, des sticks à lèvres, des sérums… et d’organiser des ateliers. Mais ne vous inquiétez pas, je vous tiendrais au courant (car je risque de devenir addict ^^). D’ailleurs, encore merci beaucoup Julia pour le petit cadeau de fin d’interview. Elle m’a offert, une fleur de douche, une luffa*, et un savon de mon choix (j’ai pris le Tutti Fruity). De plus, les prix sont très abordables, comptez 6,49€ pour un savon de 100g qui peut durer un bon moment.

Pour celles qui n’habiteraient pas loin, n’hésitez pas à vous rendre dans la boutique (Rue de Brest à Montauban de Bretagne, à quelques kilomètres de Rennes) sinon rendez vous sur le site internet naturelogalop.com (et/ ou sur la page Facebook du même nom).

J’espère que cette nouvelle interview vous a plu malgré l’effet coup sur coup avec l’article sur Ma Kibell il y a quelques semaines mais l’imprévu a parfois du bon. N’hésitez pas à me dire si vous craquez vous aussi et à partager sur les réseaux sociaux.

Prenez soin de vous <3.


*Luffa: de la famille des cucurbitacées (oui, oui ^^), le luffa est une sorte de courge éponge qu’on peut tous faire pousser dans notre jardin, coupée en petites tranches (ou non), elle est utilisé en cosmétique soit pour faire des éponges exfoliantes ou pour poser les savons  et éviter qu’ils fondent à vue d’oeil en coulant au bord de la baignoire. 

Ma Kibell: des cosmétiques bretons (interview)!

logo

Si vous me suivez sur Instagram (si ce n’est pas le cas, courez- y ^^), il y a quelques semaines de cela, je vous postais une photo d’un craquage dans une boutique de cosmétiques 100% bio et bretons, la TOTALE, Ma Kibell! En bonne curieuse que je suis, j’ai voulu en savoir un peu plus sur cette marque et j’ai donc interviewé (par téléphone) Séverine Palut, la responsable de la marque depuis 2014.

Je vous ai donc retranscrit l’interview à l’écrit afin de vous faire découvrir cette marque!

saint-donan-m-lie1*Source: journal Le Penthièvre

Séverine Palut, bonjour, pouvez vous me raconter en quelques mots l’histoire de la marque Ma Kibell (« Ma baignoire » en breton)? 

Bonjour, alors, Ma Kibell est une marque qui a vu le jour en 2010, c’est une petite société créée par Yann Henry et sa femme, Viviane Ridard, tous les deux professeurs en cosmétologie à  l’Université Catholique de l’Ouest à Guingamp. Les produits qu’ils proposaient à la base étaient des savons et des sels de bains.

Comment en êtes vous arriver là, quel est votre parcours professionnel?

Je ne suis pas du tout une professionnelle en cosmétologie, c’est plutôt ma collaboratrice. J’ai une formation en gestion d’entreprise, j’ai d’ailleurs tenu pendant longtemps une biscuiterie. Mais j’ai un intérêt personnel pour les produits naturels, bio, mais aussi les vertus des plantes, c’est pourquoi, j’ai franchi le pas de reprendre Ma Kibell et c’est aussi pourquoi j’aime à la développer chaque jour.

A gauche: Rose de savon Bain de Mer; à droite: bougie parfumée Embruns marins (en vente en magasin ou sur le site internet.

Comment à évolué Ma Kibell depuis votre reprise en 2014?

Quand j’ai repris le savoir faire en 2014, j’avais envie de créer d’autres produits en plus des savons et des sels de bains car la marge de choix était restreinte pour les consommateurs mais aussi pour nos sites de vente (biscuiteries, thalassos, magasins de produits locaux…). Il a fallu plancher plusieurs mois avec la petite équipe Ma Kibell (3 personnes compose l’équipe au siège). Et en avril 2015, la boutique en plein centre de Saint Brieuc ouvrait ses portes avec un choix de produits plus large pour les clients. Et depuis, Ma Kibell c’est 7 magasins en Bretagne, des places dans les boutiques de souvenirs, des huiles de massage dans les thalassos de Bretagne et des nouveautés à venir.

Quelles sont les spécificités de la marque? 

Nos produits sont entièrement fabriqués en Bretagne, faits mains, sans conservateurs, sans parabens, sans huiles animales, naturels. Leurs petits noms et leurs emballages pour certains ont une pointe d’humour à la bretonne, comme le confidouche, ou les savons dans une boite de camembert. De plus, la vente est en vrac, à la découpe pour les savons, les clients peuvent revenir avec leur contenant pour les remplir (par exemple les parfums d’ambiance, les gels douche…). Et les prix sont raisonnables pour de l’artisanal.


Voilà, vous savez tout de cette marque que j’ai récemment découverte et dont j’ai testé quelques produits (dont je vous reparlerais dans un autre article car ça va être trop long sinon ^^). Vous le savez, j’essaye de tendre de plus en plus vers des produits « safe » pour la peau et cette découverte de la boutique à Dinan n’a fait que confirmer mon choix et d’autant plus avec des produits aux noms et aux packagings sympathiques et des produits qui mettent en avant les savoirs faire et les bonnes odeurs bretonnes (comme le caramel au beurre salé) et les prix sont plus qu’abordables. C’est un peu notre Lush Breton ^^.

Et vous connaissez vous cette marque? Avez vous déjà testé? Cela vous a t’il donné envie?

Prenez soin de vous ❤

Site de la marque: http://www.makibell.com/